Madame la microalgue, vous êtes accusée de causer de nombreuses intoxications alimentaires chez l’Homme. Commençons votre Procès-verbal.

 

Dinophysis, accusée de crime contre l'huamnité

Dino­phy­sis, accu­sée de cri­me contre l’huamnité

Veuillez décli­ner votre iden­ti­té.

Dino­phy­sis, microal­gue de la famil­le des dino­fla­gel­lés. Je me sens chez moi dans tou­tes les mers du mon­de mais j’aime par­ti­cu­liè­re­ment les eaux côtiè­res, il y a tou­jours plus à man­ger !

Vous savez pour­quoi vous êtes là ? Tren­te ans qu’on vous sur­veille, vous n’en avez pas mar­re d’intoxiquer les coquilla­ges et ceux qui les man­gent ?

Atten­dez, je ne veux pas fai­re de mal aux humains moi ! Mes toxi­nes, c’est ma défen­se, ma maniè­re de m’imposer. J’y peux rien moi si les mou­les, les huî­tres et les autres coquilla­ges m’avalent et que vous aimez tant les fruits de mer. Et puis je suis loin d’être la plus dan­ge­reu­se, vous avez inter­ro­gé Alexan­drium ou Pseudo-nitzschia ? Celles-là sont de vraies cri­mi­nel­les : toxi­nes amné­sian­tes, para­ly­san­tes, elles en connais­sent un rayon !

Effec­ti­ve­ment, vous n’êtes pas la seule qu’on ait dans le col­li­ma­teur. On les sur­veille aus­si de près, ces deux-là. Autre cho­se à ajou­ter pour votre défen­se ?

Je ne nie pas les faits qui me sont repro­chés, mais par pitié, pas d’amalgames ! La gran­de majo­ri­té de mes cama­ra­des microal­gues sont très res­pec­ta­bles, inof­fen­si­ves et même uti­les aux humains. Vous man­gez ma pote Spi­ru­li­ne pour ses pro­téi­nes et son fer, par exem­ple ! Sans par­ler de cel­les riches en lipi­des que vous exploi­tez pour pro­dui­re des bio­car­bu­rants. Alors au moins, soyez hon­nê­tes, et ne nous met­tez pas tou­tes dans le même aqua­rium !

Partager

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire