Suivez-nous :
Madame la microalgue, vous êtes accusée de causer de nombreuses intoxications alimentaires chez l’Homme. Commençons votre Procès-verbal.

 

Dinophysis, accusée de crime contre l'huamnité

Dinophysis, accusée de crime contre l’huamnité

Veuillez décliner votre identité.

Dinophysis, microalgue de la famille des dinoflagellés. Je me sens chez moi dans toutes les mers du monde mais j’aime particulièrement les eaux côtières, il y a toujours plus à manger !

Vous savez pourquoi vous êtes là ? Trente ans qu’on vous surveille, vous n’en avez pas marre d’intoxiquer les coquillages et ceux qui les mangent ?

Attendez, je ne veux pas faire de mal aux humains moi ! Mes toxines, c’est ma défense, ma manière de m’imposer. J’y peux rien moi si les moules, les huîtres et les autres coquillages m’avalent et que vous aimez tant les fruits de mer. Et puis je suis loin d’être la plus dangereuse, vous avez interrogé Alexandrium ou Pseudo-nitzschia ? Celles-là sont de vraies criminelles : toxines amnésiantes, paralysantes, elles en connaissent un rayon !

Effectivement, vous n’êtes pas la seule qu’on ait dans le collimateur. On les surveille aussi de près, ces deux-là. Autre chose à ajouter pour votre défense ?

Je ne nie pas les faits qui me sont reprochés, mais par pitié, pas d’amalgames ! La grande majorité de mes camarades microalgues sont très respectables, inoffensives et même utiles aux humains. Vous mangez ma pote Spiruline pour ses protéines et son fer, par exemple ! Sans parler de celles riches en lipides que vous exploitez pour produire des biocarburants. Alors au moins, soyez honnêtes, et ne nous mettez pas toutes dans le même aquarium !

Partager

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire