Scien­ti­fi­que fran­çai­se, phy­si­cien­ne, fille de Marie Curie elle-même phy­si­cien­ne. Elle a consa­cré sa vie à l’étude de la radio­ac­ti­vi­té et fut récom­pen­sée d’un prix Nobel de chi­mie en 1935.

Qui est Irène Joliot-Curie ?

Irè­ne Joliot-Curie est née le 12 sep­tem­bre 1897 et décé­dée le 17 mars 1956 à Paris sui­te à une leu­cé­mie

Irène Joliot Curie

Irè­ne Joliot Curie

aiguë liée à l’exposition au polo­nium et aux rayons X.

C’est cet­te même mala­die qui avait empor­té sa mère, la célè­bre Marie Curie.
Irè­ne Joliot-Curie était chi­mis­te, phy­si­cien­ne et aus­si fem­me poli­ti­que fran­çai­se. Elle a aus­si été sous-secrétaire d’État sous le Front popu­lai­re en 1936.

 

 

La radio­ac­ti­vi­té arti­fi­ciel­le

Dans les notes pour l’Académie des Scien­ces, nous décou­vrons qu’elle et son mari Fré­dé­ric Joliot avaient été les pre­miers à fabri­quer un ato­me radio­ac­tif qui n’existait pas dans la natu­re : le phos­pho­re 30. D’ailleurs, ils ont obte­nu le prix Nobel de chi­mie en 1935 pour la décou­ver­te de la radio­ac­ti­vi­té arti­fi­ciel­le.

 

La radio­ac­ti­vi­té arti­fi­ciel­le est une décou­ver­te impor­tan­te dans le mon­de, elle per­met de fai­re avan­cer tous les domai­nes de la connais­san­ce. L’homme est capa­ble d’obtenir les iso­to­pes radio­ac­tifs dont il a besoin com­me tra­ceur, com­me mar­queur, ce qui lui per­met de sui­vre l’évolution de l’élément mar­qué.

Coupe transversale de cerveau après injection d'un marqueur radioactif. Visualisation PET-Scan. Les zones rouges montrent l'accumulation de marqueur, les zones bleues, une présence moindre ou nulle

Par exem­ple l’utilisation des tra­ceurs radio­ac­tifs per­met d’accumuler beau­coup de nou­vel­les connais­san­ces , mais sur­tout conduit à modi­fier la repré­sen­ta­tion du fonc­tion­ne­ment des orga­nis­mes vivants com­me avec cet­te cou­pe trans­ver­sa­le de cer­veau après injec­tion d’un mar­queur radio­ac­tif (Visua­li­sa­tion PET-Scan). Les zones rou­ges mon­trent l’accumulation de mar­queur, les zones bleues, une pré­sen­ce moin­dre ou nul­le. La radio­ac­ti­vi­té arti­fi­ciel­le per­met ain­si l’exploration du corps humain !

S. Dah­moun, A. Por­tois

 

Biblio­gra­phie : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ir%C3%A8ne_Joliot-Curie                    : http://www.laradioactivite.com/site/pages/lexperience.htm

Partager

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire