Ren­con­tre avec Antoi­ne Bar­let, jeu­ne cher­cheur 

Nord Êka ! : Pouvez-vous expli­quer votre sujet de thè­se?

Antoi­ne Bar­let : Je m’intéresse aux phé­no­mè­nes chao­ti­ques de la natu­re. Ce sont les phé­no­mè­nes ni pério­di­ques, ni com­plè­te­ment aléa­toi­res, dont on ne peut pas pré­voir com­ment ils vont évo­luer. La nuée d’oiseaux dans le ciel en est un bon exem­ple. Dans ces phé­no­mè­nes chao­ti­ques, il y a de l’inattendu, de la sur­pri­se, une for­me de créa­ti­vi­té. Ma démar­che est d’étudier com­ment exploi­ter cet­te créa­ti­vi­té pour pro­dui­re des sons inté­res­sants, inédits. Avec un logi­ciel de syn­thè­se sono­re, je relie les don­nées phy­si­ques à des para­mè­tres musi­caux. Dans le cas de la nuée d’oiseaux par exem­ple, la posi­tion spa­tia­le des oiseaux, leur direc­tion, leur vites­se, vont déter­mi­ner la hau­teur, l’intensité, le tim­bre du son. Les rela­tions que l’on crée, que l’on appel­le le map­ping, s’inscrivent dans une dimen­sion artis­ti­que. J’étudie ces rela­tions.

! : Com­ment êtes-vous deve­nu cher­cheur en musi­co­lo­gie ?

AB : Mon par­cours est plu­tôt sim­ple. J’ai pas­sé un bac audio­vi­suel à Amiens, en 2007, avec l’option musi­que. Grâ­ce à la prof du lycée, j’ai vrai­ment décou­vert les musi­ques baro­que, clas­si­que et roman­ti­que. J’ai alors écou­té tou­te la dis­co­thè­que de ma mère ! Je me suis ensui­te ins­crit en licen­ce de musi­co­lo­gie à Lil­le 3. Pour y entrer, il faut des bases en sol­fè­ge. Il se trou­ve que j’ai fait 8 ans de cla­ri­net­te en éco­le de musi­que. En licen­ce, on a étu­dié la musi­que clas­si­que. Puis, en mas­ter à Lil­le 3, on se spé­cia­li­se en musi­que électro-acoustique. Cet­te musi­que n’est pas fai­te avec des notes, mais avec des sons créés de tou­te piè­ce par ordi­na­teur (pour ceux qui vou­draient décou­vrir cet­te musi­que, je conseille d’écouter les com­po­si­tions de Fran­çois Bay­le et de Ber­nard Par­me­gia­ni). C’est par le biais du mas­ter que j’ai été impli­qué dans l’équipe de recher­che EDESAC. J’ai par­ti­ci­pé à la réa­li­sa­tion d’installations sono­res inter­ac­ti­ves, et au pro­jet Escu­cha, une plate-forme col­la­bo­ra­ti­ve de pho­no­gra­phies. Une pho­no­gra­phie, c’est com­me une pho­to­gra­phie sono­re: on se pla­ce à un endroit, et on enre­gis­tre.

! : Quels sont vos pro­jets pour l’avenir ?

AB : Ter­mi­ner ma thè­se. Ensui­te, tra­vailler dans l’art numé­ri­que. Je n’ai pas enco­re d’idée pré­ci­se, mais les tech­ni­ques que j’ai appri­ses en électro-acoustique ser­vent plus lar­ge­ment en art numé­ri­que.

Antoine Barlet
Antoi­ne Bar­let
“Ama­teur de musi­que aus­si bien clas­si­que qu’électroacoustique, Antoi­ne s’intéresse, en tant que cher­cheur, à la créa­tion artis­ti­que par ordi­na­teur. Il est doc­to­rant dans l’équipe dis­po­si­tifs, expé­ri­men­ta­tions, situa­tions en art contem­po­rain (EDESAC) du Cen­tre d’études des arts contem­po­rains (CEAC), dépen­dant de l’université Lil­le 3.”
Partager

A propos de l'auteur

La rédaction de Nord Êka !

Magazine plurimédia de découverte des sciences. Fait pour (et par) les jeunes, Nord Êka ! vous aide à naviguer dans le monde des sciences qui se prépare avec vous dans les lycées, les universités, les labos de recherche mais aussi dans les centres culturels, dans les entreprises.