À son arri­vée en Fran­ce, après avoir pas­sé tou­te sa jeu­nes­se en Afri­que, Alban Lemas­son était sûr de trois cho­ses : il vou­lait obser­ver des ani­maux en tra­vaillant dans la natu­re, exer­cer une acti­vi­té scien­ti­fi­que et  conti­nuer à voya­ger. Après une clas­se pré­pa­ra­toi­re de bio­lo­gie, il se réorien­te à l’université où il décou­vre l’éthologie : l’étude du  com­por­te­ment ani­mal et humain. Aujourd’hui, il diri­ge Ethos, l’un des plus grands labo­ra­toi­res d’éthologie au mon­de.
 Le cher­cheur s’intéresse à l’origine du lan­ga­ge humain et à l’influence de la vie socia­le sur la com­mu­ni­ca­tion voca­le chez les mam­mi­fè­res, notam­ment les pri­ma­tes non-humains. Il tra­vaille, entre autres, sur une espè­ce de sin­ge arbo­ri­co­le, la mone de Camp­bell, ce qui le conduit à retour­ner régu­liè­re­ment en Afri­que. Ces der­niè­res années, il s’est ren­du en Côte d’Ivoire et en Afri­que du Sud, mais aus­si au Mexi­que et au Japon, afin d’étudier de maniè­re com­pa­ra­ti­ve d’autres espè­ces de pri­ma­tes socia­le­ment variées et plus ou moins pro­ches de l’Homme.
Une for­me lan­ga­ge com­plexe
D’un ton posé, Alban Lemas­son expli­que que « sur le ter­rain, un étho­lo­gis­te doit se fai­re accep­ter puis oublier  des ani­maux, afin de pou­voir les obser­ver sans les influen­cer ». Il a déjà décou­vert chez la mone de Camp­bell des for­mes pri­mi­ti­ves de syn­taxe, des règles conver­sa­tion­nel­les, des accents et des dia­lec­tes. En outre, cet­te espè­ce est capa­ble de véhi­cu­ler des mes­sa­ges pré­cis à tra­vers ses cris, com­me l’identité ou la loca­li­sa­tion d’un pré­da­teur. Que reste-t-il alors de pro­pre au lan­ga­ge humain ? Les sin­ges sont-ils capa­bles de com­mu­ni­quer de maniè­re sym­bo­li­que (par­ler du pas­sé, d’un lieu situé ailleurs…) ? La pas­sion gui­de tou­jours le cher­cheur pour le décou­vrir. Il sait que les ani­maux ont enco­re beau­coup à nous dire.
 Ali­ne GERSTNER & Fran­çoi­se VINCENT DE VAUGELAS
Partager

A propos de l'auteur

Étudiante en journalisme scientifique à l'ESJ Lille.

Laisser un commentaire