Suivez-nous :

Prenez un bâton de plastique ou un coton-tige que vous pliez il se cassera en deux contrairement au spaghetti. Evidemment il est possible de casser un spaghetti mais lorsque l’on fait l’expérience on se rend vite compte que l’on n’obtient jamais moins de 3 morceaux.

Le premier à s’être posé la question est le physicien Richard Feyman.

Lorsqu’on tient un spaghetti par ses extrémités et qu’on le courbe on arrive à un point à partir duquel le spaghetti ne peut plus se courber, ce point est appelé « courbure maximale » ou « point de rupture ». Ce point atteint, une onde se propage au centre du spaghetti et le casse en 3 morceaux de longueur inégale. Il arrive que l’onde soit assez importante pour déformer le troisième morceau et le casser également.

Cette découverte paraît très anodine, mais elle a été très utile pour optimiser la fabrication de fibres optiques ou la résistance des matériaux.

Les 1S2 du lycée Baggio

Partager

A propos de l'auteur

Compte collaboratif de la classe des 1S2 du lycée Baggio à Lille (http://www.lycee-baggio.fr/)

Laisser un commentaire